Présentation
Fil de l'actu
Salle de presse
Revue FNAIR
Enfants
Social
Médical
Recherche
FNAIR régionales
Documents
Liens
Nous écrire
Partenaires

 
Conseils dermatologiques aux transplantés d'organes
Ces recommandations ont été rédigées par les dermatologues du groupe " Peau et Greffe d'organe", section de la Société Française de Dermatologie.
 
L'espérance de vie des transplantés d'organe augmente régulièrement mais s'accompagne d'un risque accru de développer des cancers de la peau par rapport à une population non transplantée. Les cancers cutanés pourraient être évités dans la plupart des cas par l'observation de certaines règles de vie. Ce document fournit des informations sur l'importance de la détection et du traitement précoces des cancers cutanés et sur les façons de réduire le risque.
 
Pourquoi les greffés d'organe ont-ils un risque accru d'avoir des cancers cutanés ?
Les traitements immunosuppresseurs diminuent les capacités de défense de l'organisme de façon à prévenir le rejet de l'organe greffé. Cependant, en supprimant ce système de défense, ces traitements augmentent également le risque de cancer cutané ainsi que d'autres lésions tumorales bénignes et d'infections.
 
Comment identifier un cancer cutané ?

Les cancers cutanés sont les plus fréquents des cancers. Des états pré-cancéreux peuvent précéder le développement des cancers cutanés. Ce sont notamment les kératoses actiniques.

  • Kératose actinique
    Elles peuvent se transformer en cancer. Ce sont des taches rosées ou rouges ou brunes avec une surface irrégulière. Elles sont localisées sur les zones exposées à la lumière ; elles sont souvent plus faciles à repérer au toucher (rugosité) qu'à la vue. Le traitement précoce des kératoses actiniques peut prévenir leur transformation en cancer.

  • Carcinome basocellulaire
    Ce type de cancer se présente habituellement comme une surélévation rosée le plus souvent sur la tête ou le cou. Non traité, il évoluera vers l'ulcération, le saignement, la formation de croûtes. Le carcinome basocellulaire augmente lentement de volume et s'étend rarement à d'autres parties du corps.

  • Carcinome épidermoïde (spinocellulaire)
    Il s'agit du cancer le plus fréquent chez les transplantés d'organes. Il peut avoir une apparence proche de celle du carcinome basocellulaire mais il est habituellement plus en relief et plus rapidement croûteux. Il peut ressembler à une verrue irritée. Il survient le plus souvent sur la tête, le cou, les oreilles, les lèvres, le dos des mains et les bras. La tumeur peut se propager aux ganglions lymphatiques et à d'autres organes (métastases). Traité précocement par chirurgie, le carcinome épidermoïde est facilement guérissable.

  • Mélanome
    Le mélanome se présente habituellement comme une tache brune ou noire. Il peut s'agir de la modification d'un grain de beauté ancien.

 
Quelle est la fréquence de survenue des cancers cutanés après transplantation d'organe ?
La majorité des patients transplantés peuvent développer à un moment ou à un autre un cancer cutané. Le temps de latence après la transplantation est en moyenne de 7 ans, mais il peut être très variable suivant les facteurs individuels. Le risque de développer un cancer cutané augmente avec le temps et vingt ans après la greffe, environ la moitié des patients sont concernés.
 
Tous les transplantés sont à risque de cancer cutané

Tous les transplantés d'organes, quel que soit le type de peau, peuvent développer un cancer cutané. Cependant, les patients transplantés qui ont les caractéristiques suivantes sont plus à risque que d'autres :

  • peau claire prenant facilement les coups de soleil
  • yeux clairs, bleus, gris ou noisettes

  • cheveux roux ou blonds

  • nombreuses taches de rousseur

  • travail à l'extérieur ou exposition solaire intense préalable

  • cancer cutané antérieur

 
Que faire pour diminuer ces risques ?
  1. Protection solaire
    L'exposition solaire est une des principales causes de survenue de cancers cutanés chez les greffés d'organe. L'exposition au soleil ne se limite pas aux bains de soleil pris en maillot de bain dans une chaise longue. Vous devez penser que vous êtes exposés à chaque fois que vous avez une activité de plein air : jardinage, promenade, sports, ou que vous faites un long trajet en voiture, même les vitres fermées. Certaines conditions d'ensoleillement sont plus agressives : bord de mer, neige, haute montagne (réverbération, altitude).

    Les façons " les plus efficaces " de se protéger lors des activités extérieures sont :

    • La protection vestimentaire
      Malgré la bonne efficacité des crèmes solaires actuelles, la protection vestimentaire est fondamentale. Si vous devez passer une journée complète à l'extérieur, vous devrez protéger votre visage avec un chapeau à large bord, (la casquette ne protège ni le cou ni les oreilles), porter des lunettes de soleil, avoir de préférence une chemise à manches longues et un pantalon ou une jupe longue plutôt qu'un short.

    • Les produits antisolaires

    • - Appliquer des produits antisolaires avec un indice de protection élevé contre les rayons ultraviolets (UV) qui protège à la fois contre les UVA et les UVB (coefficient de protection UVB sup à 30). Ces produits doivent être appliqués sur le visage et les zones non protégées par les vêtements plusieurs fois par jour (environ toutes les deux heures) surtout si vous vous baignez ou si vous transpirez (même les produits résistants à l'eau).
      - Faire ces applications même si le temps est couvert.
      - Eviter les heures les plus ensoleillées entre 11 h et 16 h, au moment où les rayons solaires sont les plus puissants.
      - Ne jamais s'exposer dans des cabines de bronzage.

  2. L'auto-examen cutané

  3. Examiner votre peau chaque mois pour détecter des lésions pré-cancéreuses ou des cancers débutants peut être une attitude salvatrice. Tout changement de l'aspect de la peau, que ce soit des élévations ou des taches sur la peau, doit être signalé à votre médecin.

    Tout bouton ou croûte ou plaie ne guérissant pas doit être montré à votre dermatologue.

  4. L'examen cutané par un dermatologue

  5. Votre dermatologue doit examiner régulièrement l'ensemble de votre peau (au moins une fois par an) même si votre auto-examen vous paraît normal.

    La plupart des cancers de la peau peuvent être évités. Le plus important est l'examen régulier de votre peau et la protection solaire.